Témoignage d’un battant : Fabrice

Partagez sur :

Je m’appelle Fabrice, j’aurai bientôt 50 ans. Je suis originaire de Montbéliard.

L'importance d'être bien entouré.

Je suis issu du milieu ouvrier, donc d’un milieu modeste. Très tôt, j’ai souhaité m’extirper de cet environnement.

Je suis d’ailleurs titulaire d’un Bac Pro et d’un niveau BTS en comptabilité. J’en suis particulièrement fier, mais malheureusement je n’ai jamais pu utiliser ces compétences dans le milieu professionnel.

Je suis titulaire d’une RQTH puisque mes difficultés découlent principalement des nombreux accidents que j’ai pu subir dans ma carrière.

J’ai également appris tardivement que j’avais eu des soucis de santé à ma naissance.

Je le reconnais, je suis quelqu’un d’assez pessimiste et je pense que ma négativité vient de là, entre autres.

Deux personnes ont été très importantes pour moi dans ma vie : tout d’abord mon maitre tatoueur « Nono », qui grâce à son travail et son écoute a pu me réconcilier avec mon corps et plus largement, améliorer ma vision de la vie.

Également M. Charles Longchamp, dit « Charly », l’ancien curé de campagne de Clerval, qui organisait des excursions pour les jeunes pendant les vacances.

Bien sûr, mes parents comptent beaucoup pour moi, car je veille sur eux presque quotidiennement, mais ils ont malheureusement beaucoup de mal à comprendre l’évolution effrénée de la société.

« Grâce à mon travail, j'ai pu retrouver un équilibre. »

Durant ma carrière professionnelle, j’ai effectué principalement des tâches manuelles.

J’ai travaillé pour la commune de Clerval ainsi que pour la laiterie de Santoche, devenue aujourd’hui la fromagerie de Clerval ; il y a eu également les années chez Peugeot avec le travail à la chaîne et enfin l’une des périodes les plus marquantes de ma vie : mes années à la fonderie de Colombier-Fontaine.

J’ai apprécié les quinze années passées là-bas, malgré un parcours parfois difficile.

Plusieurs côtes cassées, une double fracture ouverte et des brûlures au 3ème degré ont été de véritables traumatismes pour moi. J’ai été mis en arrêt maladie pendant un an et pour l’anecdote, je n’ai reçu qu’une seule visite de la part d’un collègue de travail.

Mes tatouages sont très importants pour moi puisque qu’ils me recouvrent plus de 75 % du corps. Bien sûr, la démarche comportait un risque, puisque j’ai commencé à me faire tatouer seulement un an après l’accident, sur une peau très abîmée. Mais aujourd’hui, je ne regrette rien, bien au contraire, cela m’a permis de me reconstruire.

Sorti de convalescence, je ne souhaitais pas rester au chômage. Travailler est un véritable moteur pour moi et même plus un honneur, c’est ce qui fait ma force.

Passionné de jeux vidéos, les heures peuvent vite défiler devant un écran et on se renferme très vite sur soi-même, sans plus aucune interaction avec le monde extérieur. Grâce à mon travail, j’ai pu trouver un équilibre.

Je suis arrivé chez VIPP & Philippe au mois d’août 2019. Mon travail m’a permis de retrouver une stabilité psychique et physique, d’autant plus lorsque l’on évolue dans un cadre agréable et bienveillant.

 

 

Tatouage Fabrice Copie

« Grâce à l'écosystème, on se sent utile à la société ! »

L’association Action Philippe Streit me permet de pouvoir profiter des séances d’hypnothérapie. Séances grâce auxquelles j’ai appris à gérer mes émotions, à réduire les murs que j’avais construit autour de moi et également à obtenir les outils pour affronter la vie, aussi bien sur le plan professionnel que personnel.

J’aimerais également pouvoir profiter des séances d’activités physiques adaptées, mais étant très présent pour mes parents, ce n’est pas possible pour le moment.

Je tiens à remercier Bernard, Françoise et toute l’équipe pour leur bienveillance, leur gentillesse et de nous permettre de venir travailler dans de telles conditions.

Grâce à l’écosystème, on se sent utile à la société !

Vente de chocolats de Pâques

bling
it up

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.